Romans contemporains

Les derniers jours de nos pères – Joël Dicker

les derniers jours de nos pèresRésumé

Londres, 1940. Soucieux de pallier l’anéantissement de l’armée britannique à Dunkerque, Winston Churchill a une idée qui va changer le cours de la guerre: créer une branche noire des services secrets, le Special Operation Executive (SOE), chargée de mener des actions de sabotage et de renseignement à l’intérieur des lignes ennemies et dont les membres seraient issus des populations locales pour être insoupçonnables. Du jamais vu jusqu’alors.

Quelques mois plus tard, le jeune Paul-Émile quitte Paris pour Londres dans l’espoir de rejoindre la Résistance. Rapidement recruté par le SOE, il est intégré à un groupe de Français qui deviendront ses compagnons de cœur et d’armes. Entraînés et formés de façon intense aux quatre coins de l’Angleterre, ceux qui passeront la sélection se verront bientôt renvoyés en France occupée pour contribuer à la formation des réseaux de résistance. Mais sur le continent, le contre-espionnage allemand est en état d’alerte…

L’existence même du SOE a été longtemps tenue secrète. Soixante-cinq ans après les faits, Les Derniers Jours de nos pères est un des premiers romans à en évoquer la création et à revenir sur les véritables relations entre la Résistance et l’Angleterre de Churchill.


Mon avis:

Après «La vérité sur l’affaire Harry Quebert», ce roman est le second que je découvre de l’auteur. Et il m’a beaucoup plus plu que le premier.

Bien entendu, les thèmes sont totalement différents. Dans « Les derniers jours de nos pères », il est question de jeunes gens qui quittent le foyer familial pour partir à la guerre et défendre leur patrie.

Il est vrai que pas mal de romans ont été écrits sur le sujet, mais ce qui fait l’originalité de ce livre, c’est que l’auteur s’est intéressé aux services secrets britanniques et plus particulièrement au SOE,  le Special Operations Executive. Il s’agit d’une branche chargée de mener des actions de sabotages et de renseignement (propagande noire, aide à la résistance, …) composée non pas d’Anglais mais d’hommes et de femmes issus de la population des pays occupés par les allemands.

Cependant, vous risquerez d’être déçues si vous vous lancez dans la lecture de ce roman en espérant vivre une histoire palpitante au coeur de la guerre. En effet, l’auteur a choisi de mettre l’accent sur la psychologie des personnages plutôt que sur l’action.

C’est donc avec beaucoup d’émotion que l’auteur nous raconte le parcours d’un groupe d’inconnus, et plus particulièrement celui de Paul-Emile dit Pal, de leur difficile et éprouvante formation jusqu’à leur diverses missions toutes plus dangereuses les unes que les autres. Il est également question des liens indéfectibles qui uniront les membres du groupe, de leurs peurs et doutes ainsi que des dilemmes auxquels ils seront confrontés et le difficile choix entre la famille et la patrie lorsque certains seront arrêtés par les services allemands.

J’ai vraiment adoré ce roman, pour l’émotion qui s’en dégage, pour les personnages forts et émouvants et également pour le style d’écriture tout en douceur, simple, mais addictif de Joël Dicker que j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver.


Note : ★★★★☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s