Fantasy

Le roi des Fauves – Aurélie Wellenstein

rois des fauvesRésumé:

Accusés de tentative de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont condamnés à un sort pire que la mort. Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d’humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu’on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstre. Au terme du compte à rebours, ils seront devenus des berserkirs, des hommes-bêtes enragés destinés à tuer ou être tués sur les champs de bataille. À moins que le légendaire roi des fauves puisse enrayer leur terrible métamorphose ? Mais existe-t-il vraiment ailleurs que dans leur tête ? Commence alors une course contre le temps, où les amis d’hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres. et contre eux-mêmes.


Mon avis:

Ivar, le fils du forgeron, Kaya la fille de la couturière et Oswald le fils de l’herboriste vivent dans un petit village nordique battu par le froid d’un rude hiver et où la famine menace.
Afin de pouvoir nourrir leur famille, ils décident d’aller braconner sur les terres du Jarl, le maître des terres de la région.
Malheureusement, ils se font prendre la main dans le sac par le perfide seigneur. S’en suit une échauffourée au cours de laquelle le Jarl perd l’usage de ses jambes. C’est mu par une soif de vengeance inextinguible que le petit seigneur les condamnera à devenir des « berserkir », des êtres mi-humains, mi-animaux. Nos amis seront donc enfermés à Hadarfell, le royaume des berserkir. Sachant qu’une fois cette lente et affreusement transformation achevée, votre humanité est consumée à jamais par l’animal qui sommeille en vous, la mort ne serait-elle pas un sort plus enviable ? Le seul espoir pour nos héros d’échapper à cette horrible mutation est de trouver le Roi des Fauves seul être vivant pouvant arrêter la transformation.

Avant de vous parler plus en détails de ce roman, une petite incursion dans la mythologie nordique s’impose. En effet, dans ce roman, il est question de « berserkir » mais qu’est-ce donc ? Eh bien, un berserker (berserkir au pluriel) est un guerrier-fauve qui combat dans un état de transe provoqué par l’esprit animal du guerrier (généralement ours, loup ou sanglier).

Dans ce livre, sombre, violent et cruel Aurélie Wellenstein pousse le mythe un peu plus loin. En effet, les personnes étant condamnée à devenir ces monstres revêtant le corps, en tout ou en partie de l’animal qui représente le plus fidèlement leur caractère profond. Certains se verront donc pousser des plumes quand d’autres seront terrassés par la rage bestiale d’un loup ou encore d’un mammouth.

En tout cas, merci à l’auteur d’avoir développé ce mythe fort peu utilisé à ma connaissance. Enfin un roman nordique original où les héros ne sont pas pourchassés par une meute de trolls ou de nains !

Bien que j’aime les romans qui plongent le lecteur directement au cœur de l’action dès les premières pages et que celle-ci soit présente tout au long de la lecture, comme cela a été le cas, les événements se sont pourtant trop vite enchaînés. L’auteur nous donne très peu d’informations sur l’univers dans lequel se déroule toute cette sombre histoire. On se doute qu’il s’agît d’un pays nordique grâce aux berserkir au climat glacial et aux contrées ensevelies sous la neige, mais bien peu d’informations seront livrées sur la société et la vie des habitants.

Par contre, malgré le fait que le roman ne foisonne pas non plus de détails concernant les trois personnages principaux et leur histoire respective, on comprend bien vite que le lien qui les unit est à la fois profond et complexe. Notamment, lorsqu’il est question des sentiments latents entre Ivar et Kaya.

En ce qui concerne le style, aucun répit n’est laissé au lecteur. Les chapitres et les phrases sont courts. Aurélie Wellenstein nous livre son récit avec énormément de détachement et de froideur pour encore mieux piège le lecteur au cœur d’Hadarfell ce qui ajoute encore à la noirceur et au sentiment d’oppression qui se dégage du roman.

En résumé, Le Roi des Fauves est un bon roman qui se lit très rapidement tant on a envie d’en savoir plus. En tout cas, ne vous laissez pas rebuter par son référencement dans la catégorie Young Adult, car par la noirceur et la violence qui s’en dégage, ce roman plaira certainement à un lectorat plus âgé.


Note: ★★★★★

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s