Thrillers

Le festin du serpent – Ghislain Gilberti

Résumé: 

Cécile Sanchez a beau être jeune, sa réputation au sein de la police judiciaire n’a rien à envier aux plus grands. Ses talents de « mentaliste » lui permettent d’avoir toujours un coup d’avance sur les criminels qu’elle traque. Enfin, presque toujours. Sa nouvelle cible, un tueur qui éventre ses victimes, est difficile à analyser : trop barbare pour un simple criminel, trop rationnel pour un vulgaire psychopathe.
Ange-Marie Barthélemy est membre d’élite de l’antiterrorisme. Il pourchasse depuis des années un commando islamiste ultra violent semant la peur dans toute l’Europe. Ce groupe, An-Naziate — les anges arracheurs d’âmes —, échappe pour l’enquêteur à toute grille classique de lecture.
Deux affaires délicates et apparemment sans rapport qui vont pourtant s’entrecroiser. Et si chacun des deux enquêteurs possédait, sans le savoir, un morceau de la clef de cette énigme sanglante ?


Mon avis:

À la suite de la crise sanitaire du covid-19 et le confinement qui s’en est suivi, de nombreux événements littéraires n’ont malheureusement pas eu lieu, mais qu’à cela ne tienne. Les lives Facebook ont remplacé les rencontres en chair et en os et ont été un excellent moyen de faire connaissance avec bon nombre d’écrivains. C’est lors d’un de ces lives que j’ai découvert Ghislain Gilberti, un auteur dont j’avais déjà entendu parler et que l’on m’avait maintes fois conseillé.

Vu que j’aime suivre l’évolution du talent d’un auteur ainsi que l’histoire des personnages récurrents dans un ordre chronologique, c’est donc avec « Le Festin du Serpent » que débute ma découverte de l’univers de l’écrivain.

Ce premier tome d’une trilogie s’articule autour de deux enquêtes s’alternant tout au long des chapitres. Le récit débute par celle menée par Ange-Marie Barthélemy, chef d’un groupe de terrain de la sous-direction antiterroriste, aux trousses d’un groupe islamiste qui a semé la mort dans plusieurs pays européens et qui a pris ses quartiers en France.

La seconde enquête dont il est question est menée par Cécile Sanchez, commissaire à OCRVP (Office central pour la répression de la violence aux personnes). L’enquêtrice est sur les traces d’un tueur en série particulièrement barbare et malheureusement prolifique qui éventre ses victimes et emporte leurs organes.

Cette structure rend la lecture extrêmement addictive et à la fois délicieusement frustrante. Vous avez certainement déjà ressenti ce sentiment de frustration lorsque, par exemple, vous regardez une série télévisée et que soudainement, le texte tant redouté « rendez-vous la semaine prochaine » apparaitre à l’écran pour annoncer la fin de l’épisode alors que le suspens est à son comble. Heureusement, les deux enquêtes sont aussi palpitantes l’une que l’autre et c’est à chaque fois avec plaisir que l’on retrouve Ange-Marie ou Cécile, jusqu’au moment où les deux enquêtes s’entrecroisent.

Ghislain Giliberti a également le souci du détail et les nombreuses descriptions et explications, que ce soit au sujet des armes utilisées par les divers protagonistes, les divers corps de police appelés à intervenir au cours des enquêtes dont les acronymes sont expliqués en fin d’ouvrage, ou encore, la synergologie (discipline ayant pour objet l’identification et l’interprétation de la communication humaine, à partir de l’analyse du langage corporel), domaine d’expertise de Cécile Sanchez contribuent à l’incroyable réalisme de l’histoire.

Il en va de même pour l’ensemble des personnages que l’auteur a pris le temps de doter d’une histoire personnelle touchante et d’une psychologie travaillée. Je me suis énormément attachée à Cécile, Ange-Marie ainsi qu’aux membres de leur équipe respective.

C’est vraiment à regret que j’ai terminé la lecture de ce captivant thriller coup de cœur dans lequel j’ai tout aimé. Pour un premier roman, Ghislain Gilberti met la barre vraiment haut et je suis bien curieuse de découvrir ses autres livres.
J’enchaine d’ailleurs directement avec le second tome de la trilogie intitulé « Le baptême des ténèbres » tant il me tarde de retrouver Cécile Sanchez et son équipe et de plonger dans une nouvelle enquête aux confins de la folie et de la noirceur humaine.


Note: ★★★★★

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s